Le groupe Korian engagé contre les violences faites aux femmes

Sept grands dirigeants d’entreprises, dont Sophie Boissard, Directrice Générale du groupe Korian, ont signé aujourd’hui une charte d’engagement contre les violences faites aux femmes. Selon un rapport de l’Agence des Droits Fondamentaux de l’Union européenne en 2014, « Une femme sur 3 » a été victime de violences physiques et/ou sexuelles au moins une fois dans leur vie. « Une femme sur trois », c’est aussi le nom du réseau d’entreprises cofondé par la Fondation Agir Contre l’Exclusion (FACE) et la Fondation Kering, rejoint par le groupe Korian et L’Oréal en tant qu’ambassadeurs ainsi que par BNP Paribas, Carrefour, SNCF et Lagardère à travers la Fondation Elle.

Ce réseau « Une femme sur trois » s’inscrit dans l’initiative européenne CEASE (« Il faut que ça cesse »), cofinancée par la DG Justice de la Commission Européenne et portée par La Fondation Agir Contre l’Exclusion, Pour la Solidarité, DIESIS, CSR Hellas.

1 in 3 women Korian Loreal kering fondation face

 

"Le groupe Korian est particulièrement sensible à cette cause dans la mesure où 82% de nos 50 0000 salariés sont des femmes. Nous avons déjà des assistantes sociales et des psychologues dédiés aux salariés qui rencontrent des difficultés professionnelles mais aussi personnelles, notamment grâce à un dispositif d’écoute téléphonique confidentiel et ouvert à tous. En adhérant à ce réseau, nous souhaitons contribuer activement à la sensibilisation et la formation de nos équipes et accompagner au mieux les victimes de violences qui travaillent dans nos établissements. " souligne Sophie Boissard Directrice Générale du groupe Korian, Présidente de la Fondation Korian pour le Bien-Vieillir.

Entrave à la dignité humaine, enjeu de santé publique, les violences faites aux femmes ont des conséquences graves sur la santé physique et mentale des victimes. Elles entrainent des perturbations dans leur vie privée mais ont aussi un impact sur leur vie professionnelle. D’après les études de Dv@work, les victimes de violences conjugales sont susceptibles d’avoir des salaires plus bas, des changements de poste plus fréquents, un emploi plus précaire et une capacité à se rendre sur leur lieu de travail plus restreinte.

Les membres fondateurs du réseau Une femme sur trois appellent l’ensemble des entreprises à les rejoindre pour inscrire ce nouvel engagement dans leur politique RSE. L’objectif : créer et expérimenter des dispositifs de lutte contre les violences faites aux femmes pour soutenir efficacement les collaboratrices en lien avec les associations spécialisées. Des actions très concrètes seront mises en place au travers de formations pour mieux comprendre les violences conjugales et leur impact au travail, des kits de sensibilisation à destination des entreprises (affiche, numéros utiles, premières recommandations…), événements de mobilisation...

 

Le groupe Korian engagé contre les violences faites aux femmes

Sept grands dirigeants d’entreprises, dont Sophie Boissard, Directrice Générale du groupe Korian, ont signé aujourd’hui une charte d’engagement contre les violences faites aux femmes. Selon un rapport de l’Agence des Droits Fondamentaux de l’Union européenne en 2014, « Une femme sur 3 » a été victime de violences physiques et/ou sexuelles au moins une fois dans leur vie. « Une femme sur trois », c’est aussi le nom du réseau d’entreprises cofondé par la Fondation Agir Contre l’Exclusion (FACE) et la Fondation Kering, rejoint par le groupe Korian et L’Oréal en tant qu’ambassadeurs ainsi que par BNP Paribas, Carrefour, SNCF et Lagardère à travers la Fondation Elle.

Ce réseau « Une femme sur trois » s’inscrit dans l’initiative européenne CEASE (« Il faut que ça cesse »), cofinancée par la DG Justice de la Commission Européenne et portée par La Fondation Agir Contre l’Exclusion, Pour la Solidarité, DIESIS, CSR Hellas.

1 in 3 women Korian Loreal kering fondation face

 

"Le groupe Korian est particulièrement sensible à cette cause dans la mesure où 82% de nos 50 0000 salariés sont des femmes. Nous avons déjà des assistantes sociales et des psychologues dédiés aux salariés qui rencontrent des difficultés professionnelles mais aussi personnelles, notamment grâce à un dispositif d’écoute téléphonique confidentiel et ouvert à tous. En adhérant à ce réseau, nous souhaitons contribuer activement à la sensibilisation et la formation de nos équipes et accompagner au mieux les victimes de violences qui travaillent dans nos établissements. " souligne Sophie Boissard Directrice Générale du groupe Korian, Présidente de la Fondation Korian pour le Bien-Vieillir.

Entrave à la dignité humaine, enjeu de santé publique, les violences faites aux femmes ont des conséquences graves sur la santé physique et mentale des victimes. Elles entrainent des perturbations dans leur vie privée mais ont aussi un impact sur leur vie professionnelle. D’après les études de Dv@work, les victimes de violences conjugales sont susceptibles d’avoir des salaires plus bas, des changements de poste plus fréquents, un emploi plus précaire et une capacité à se rendre sur leur lieu de travail plus restreinte.

Les membres fondateurs du réseau Une femme sur trois appellent l’ensemble des entreprises à les rejoindre pour inscrire ce nouvel engagement dans leur politique RSE. L’objectif : créer et expérimenter des dispositifs de lutte contre les violences faites aux femmes pour soutenir efficacement les collaboratrices en lien avec les associations spécialisées. Des actions très concrètes seront mises en place au travers de formations pour mieux comprendre les violences conjugales et leur impact au travail, des kits de sensibilisation à destination des entreprises (affiche, numéros utiles, premières recommandations…), événements de mobilisation...